Départ pour la Bolivie

DCIM100GOPROGOPR2694.

Ce matin, c’est notre dernier jour au Pérou. Nous prenons le bus à Puno pour Copacabana (en Bolivie, pas encore au Brésil !!). Nous retrouvons Claire à 7h au terminal de Bus pour un petit dej rapide, avant d’embarquer dans le bus. Nous avons juste 2h30 de trajet avant de traverser la frontière.

Le passage de la frontière est assez original, nous descendons une 1ère fois du bus pour enregistrer notre sortie du Pérou, puis nous devons marcher sur 200m pour arriver en Bolivie. Et de nouveau enregistrer notre entrée en Bolivie. Finalement c’est très rapide de passer la frontière par voie terrestre. Le bus nous attend déjà côté Bolivien. Nous arrivons vers 10h30 à Copacabana. Petite ville située au le bord du lac  Titicaca, c’est d’ici que partent les bateaux pour Isla del Sol.

On oublie pas de changer d’heure car il est 1h de plus en Bolivie !

Objectif : Isla del Sol

On se met d’accord pour finalement ne pas rester à Copacabana, et prendre le prochain bateau qui est à 13h30. Sur l’ile, il y a un trek sympa qui permet de traverser l’ile du nord au sud, sans difficultés, excepté l’altitude qui est toujours de 3800m. Cette rando dure environ 3h. ON décide d’y passer deux nuits, une au nord et l’autre au sud pour bien profiter des paysages, qui apparemment ressemblent aux iles grecques ou à la Corse, avec en arrière plan sur le lac, la Cordillère Royale et ses sommets enneigés à plus de 6000m.

Ne pas confondre les sol avec les BOB bolivianos !!

Après 1h30 de traversée nous arrivons sur l’ile. A peine débarqués, les propriétaires de « gites » sont là pour nous proposer une chambre. Une dame propose à sandrine une chambre à 70 Bob, mais comme nous venons de quitter le Pérou, elle pense qu’il s’agit de 70 soles (soit 26€), alors qu’en fait 70Bob correspondent à 9€ soit un prix exceptionnel ! Heureusement, il n’y a pas beaucoup de touristes et nous la rattrapons pour visiter la chambre. On se retrouve directement sur la plage, dans un petit gite avec une hôte sympathique et souriante. Elle a 4 enfants et semble les élever seule.

Depuis notre terrasse, nous apercevons les montagnes enneigées, le paysage est magnifique.

Au bout de la plage, nous dégotons une bonne petite adresse de tienda qui fait de succulents empanadas, et dont le propriétaire Hugo nous propose du bon vin bolivien à 4€ ! Evidemment on en achète une pour faire l’apéro sur notre terrasse, « tranquillo ». Il fait chaud, on est bien et en plus son vin n’est pas trop mal !

A peine arrivé, on ressent un bon contact avec les gens de cette ile : très chaleureux et bavards ! Ca fait plaisir !

L’ambiance est très bucolique sur notre plage, entre les ânes, les cochons, les vaches et les moutons…c’est plutôt l’isla de Noe !

De plus, l’ile a gardé toute sa tradition et ne s’est pas transformé pour le tourisme,  ce qui rajoute une atmosphère d’antan !

Vers 19h, les habitants se réunissent sur une petite place pour régler les problèmes du pueblo. Nous partons à la recherche d’un restaurant. Il est très tôt et pourtant tout est fermé ou presque ! On se demande si on va manger ce soir…car tous les restaurants nous annoncent l’un après l’autre qu’il est trop tard et qu’ils ferment.

Puis finalement, une charmante dame nous propose un menu à 25bob (soit 3€20), que nous acceptons avec soulagement. Mais au milieu du repas, c’est la panique ! La femme nous demande de terminer vite notre repas, car elle veut fermer. Et nous explique, que la communauté du milieu de l’ile débarque pour en découdre avec celle du nord où nous logeons. Nous avons donc l’explication de la réunion sur la place et les restaus fermés si tôt ! Finalement plus de peur que de mal nous rentrons nous coucher.

Traversée de l’ile du Nord au Sud

Ce matin nous partons pour la rando, le temps est moyen ! Direction le sud de l’ile. Ca grimpe bien, le chemin des incas est très joli. Dommage que le temps nuageux ne nous permette pas de voir les montagnes enneigés. Le chemin des incas est très bien entretenu. On croise des moutons tout au long de notre parcours.

Comme d’habitude le temps s’améliore quand on termine notre rando, on prendra d’ailleurs notre almuerzo en terrasse sous le soleil ! On trouve un hôtel un peu plus cher que dans le nord, mais Lydia la gentille proprio, nous offre une chambre avec une vue magnifique sur le lac et petit déj. inclus !

Après avoir constaté qu’il n’y a rien à voir dans le sud. On décide de profiter de notre terrasse ensoleillée, et de se boire une bouteille de vin blanc bolivien pour fêter notre 1ère rando avec Claire !

Le soir Lydia nous indique un resto : le Pachamama (délicieux avec une soupe de quinoa en entrée, une truite du lac servie avec riz et frites (pour changer !!), une glace, un dessert et un thé pour finir…le tout à 3€20, prix imbattable !!

On avait entendu que la Bolivie est un des pays les moins chers, ça se confirme ! On a jamais payé si peu cher, excepté en asie.

On part se coucher en priant Pachamama d’avoir un beau soleil le lendemain, hélas, on se réveille sous une pluie battante. ON se dit que ça ne va pas être possible de faire la même rando sous cette tempête. On décide de prendre un bateau pour nous ramener au nord de l’ile où nous attendent nos gros sacs. La poisse continue ! Lydia nous explique que la communauté de Challa, la communauté du milieu empêche les bateaux de passer. Le conflit est très sérieux ! Car contrairement au village du nord et du sud, le village du centre ne profite que très peu du tourisme. On pense donc que c’est la raison du conflit. Pas le chois donc que de partir dans la gadoue sous la pluie…mais après ½ h le soleil fait doucement son apparition..Ouf ! Pendant la rando, on se pose pas mal de questions : va-t-on être bloqué sur cette ile le temps que le conflit entre les communautés se règle ?

A peine arrivés au nord de l’ile on apprend qu’il y a un seul bateau qui quittera l’ile à 13h30, et ce sera le dernier jusqu’à ce qu’ils trouvent un terrain d’entente …ouf !!

Au moment d’embarquer, on assiste à un scenario digne d’un film d’espionnage…on nous demande de suivre le capitaine du bateau qui se dirige vers une petite plage cachée derrière le village. Pendant ce temps, un bateau au départ du port, avec quelques habitants fait diversion, prend le large en se faisant passer pour celui des touristes.

Quand à nous, nous faisons finalement le grand tour de l’ile pour ne pas passer devant le village de Challa. On ne sait pas ce qu’il s’est passé avec le faux-bateau, mais le stratagème a fonctionné et on aura réussi à quitter l’ile !

A peine débarqués à Copacabana, on monte dans un bus pour La Paz situé à 4h de bus. L’aventure continue…

Au bout d’une heure, on descend du bus pour traverser le lac Titicaca : le bus sur une barge et nous sur un petit bateau.

Plus on avance et plus les sommets enneigés se rapprochent. On a le droit au lac et à la neige en même temps.

Arrivée au Kossovo

Notre arrivée sur La Paz est plutôt chaotique. On a l’impression qu’il y a eu la guerre ! C’est vraiment très sale, les routes défoncées, des montagnes de terre en plein milieu des routes, des voitures dans tous les sens…on mettra plus d’1h à faire les 10 derniers kms.

Comme nous n’avions pas réservé d’hôtel, on demande au taxi de nous déposer dans le centre historique mais ici, c’est la capitale et les tarifs son plutôt élevés. Ce soir nous prendrons une chambre triple, qui ressemble plus à un appartement très luxueux, avec un tarif 3 fois plus cher qu’habituellement.

Le lendemain matin, nous nous baladons dans La Paz, sans être emballés par ce que nous découvrons. Vers midi on prend un taxi direction « El Alto », l’aéroport le plus haut du monde, en direction de Sucre (prononcé « Soucré »), qui se trouve plus au sud. Le temps clément nous permettra de nous organiser un trek. Nous avons opté pour 2 avions pour 2 fois 30mns de vol plutôt que 12h de bus…franchement on a bien fait !

La vue durant les vols est superbe. Le beau temps nous permet d’apercevoir les montagnes.

L’atterrissage se fait en pleine campagne. Seulement des champs autour de nous, on se demande si on est au bon endroit.

Arrivés à Sucre, on se dirige vers l’hôtel Pachamama, repéré sur les forums. Nous rencontrons son propriétaire charismatique, nommé Victor ! Les chambres propres autour d’un petit jardin, rendent l’endroit hyper agréable. La cuisine est super équipée ! Claire nous cuisinera de bonnes pastas, et Christian, un super guacamole !! Quand à moi j’essaie d’avancer sur le blog, mais internet et la Bolivie, ça fait 2 !!

Une réponse à “Départ pour la Bolivie”

  1. Did dit :

    Beaucoup de bouteilles de vin sur ces photos.
    On voit bien que Claire vous a rejoint !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *