Crêperie ou pas crêperie en Colombie ?!

Notre arrivée à Bogota…

Notre projet de crêperie en Colombie débutera à Bogota… Nous avons réservé un airbnb situé dans un quartier résidentiel, choisi non pas pour les attraits touristiques mais pour sa proximité avec la Chambre de Commerce Franco-Colombienne et France Delicia. Cette entreprise franco-colombienne fournit les boulangeries et crêperies en farine de sarrasin. On rencontrera Gilles, un colombien adopté par une française de Versailles qui à la sortie de son école de commerce part à la conquête de ses origines et décide pour quelques temps de s’y installer. Constatant la difficulté de certains restaurateurs français de se fournir en sarrasin notamment, il crée « France Delicia« …Il va même plus loin en se lançant dans la fabrication des fameuses Billigs sur place en Colombie suivant le même procédé de fabrication que Krampouz…bref, un petit gars qui a de l’ambition !!

Rencontre de Gilles

On déjeune avec lui, il nous donne de multiples conseils, nous explique que le sarrasin plait, mais qu’il y a un gros travail de communication à mener, car un certain « crêpes & waffles » inonde le marché colombien de crêpes 100% colombiennes ! C’est à dire des crêpes de froment noyées sous différentes sauces ou soupes et qui sont éventuellement laissées de côté en fin de repas. Bref, dans la tête du colombien, la crêpe ne semble pas être un repas à part entière, mais plutôt un accompagnement. Car ici on mange beaucoup, énormément… Les portions sont énormes et ils mangent bien souvent la même chose et ça ne les dérange absolument pas !

On trouve dans beaucoup de restaurants des déjeuners à 8.000 C.O.P. soit 2€50 avec soupe et boisson…On ne peut donc pas rivaliser, ça, on le savait déjà !

Notre cible est plus dirigée vers des touristes étrangers qui en ont marre de manger la même chose, ainsi que la classe supérieure qui a l’occasion de voyager et qui est curieuse d’autres gastronomies. Il faut savoir que la fréquentation touristique augmente d’environ 30% chaque année. Ce pays est très prometteur, depuis les 1ers accords de paix signés il y a une dizaine d’années.

On est donc super optimistes ! Notre RDV avec Andrea de la CCI Française nous encourage dans ce sens, en nous conseillant par contre de cibler des endroits en devenir qui ne sont pas encore trop touristiques.

Crêpes & waffles = crêperie ?

Puis le nom de « crêpes & waffles » revient à nouveau ! Ce concurrent tient une place particulière dans le cœur des colombiens. Présents dans + de 8 pays d’Amérique latine, il compte 77 restaurants, rien qu’en Colombie ! « Success story » incroyable… Un jeune couple de Medellin crée cet enseigne comme étude de cas dans le cadre de leurs études. Ils la mettent en application dans un quartier pauvre de Medellin et se rendent compte que ça plait. Même si l’histoire dit qu’une dame française ayant trouvé leur crêpe immangeable alla dans la cuisine voir leur façon de faire et leur changea la recette. 30 ans plus tard, leurs enfants se retrouvent à la tête d’un empire ! La cerise sur le gâteau, c’est qu’ils n’emploient que des femmes en situation difficile…bref, on ne peut que les aimer !

Même si notre concept n’a rien à voir avec cette chaine, on souhaite mettre en avant le côté français et les origines de la crêpe bretonne.

On visitera « Industrial Taylor« , le revendeur des billigs Krampouz à Bogota, spécialisé dans le matériel pour les restaurants…On s’y voit déjà !!

Kiosque crêperie Colombie

Direction les Caraïbes…

Notre prochaine destination sera Santa Marta sur la côte Caribéenne, où un couple de St malo vend le fond de commerce de leur crêperie, car ils ont une opportunité de job sur Bogota.

Bienvenue, crêperie Colombie

Après plusieurs échanges par mail on se rend sur place pour un retour d’expérience, pour échanger avec eux même si, Santa Marta, à priori ne fait pas partie de nos destinations pré-sélectionnées.

Et là, 1ère déception, ils sont déjà installés à Bogota et ont mis une jeune gérante colombienne à leur place. On aura donc pas l’occasion d’échanger avec eux. Pas grand monde dans la crêperie, qui est située dans la rue de la soif, où beaucoup sur internet se plaignent du bruit.

On en profitera pour visiter Palomino et Minca, destinations en vogue, mais trop baba cool pour nous !

On aura plaisir à partager une soirée-crêpes avec Javier et Carole rencontrées 1 an auparavant. Ils sont super émus de nous revoir, et sont conquis pas les crêpes, car ils n’en avaient jamais gouté de cette manière, beurre-sucre-citron, tout simplement !

retrouvailles de nos amis carole et Javier

Ils se lancent dans un brainstorming de tous les lieux géographiques qui ont un intérêt à leurs yeux en Colombie, pour ce type de projet. Et la région du café semble la plus appropriée !

Direction « Cartagena de Indias »

On continue notre chemin vers Carthagène, comme prévu, qui elle, a un gros potentiel. Puisque c’est la ville la plus visitée de Colombie, qu’elle est absolument magnifique, et qu’il y a énormément de touristes étrangers avec un gros pouvoir d’achat.

On séjourne à nouveau dans un quartier résidentiel, chez des colombiens pour s’immerger au maximum et pouvoir échanger avec eux et ainsi enrichir notre étude de marché.

selfie avec nos hôtes de Carthagène

On passe les différents quartiers au peigne fin, du centre historique, à la manga, quartier résidentiel, en passant par Getsemani, plus populaire, pour comprendre comment fonctionne cette ville. Les loyers y sont bien évidemment très chers.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Il faut compter entre 1500 et 2500€ par mois pour un petit local sans prétention. Si la crêpe se vend à un prix plus élevé, ça peut le faire…mais c’est un entretien téléphonique avec une ancienne crêpière de Carthagène qui nous éclairera sur plusieurs aspects : 80% des locaux sont pauvres et les 20% restants ont les moyens et veulent que ça se sache…c’est donc dans des restos chics qu’ils aiment sortir.

Concernant les touristes, la concurrence est féroce ! C’est d’ailleurs impressionnant le nombre de petits restos qui ont ouverts dans le quartier de Getsemani. On s’y balade aux heures du déjeuner et diner…et les serveurs sont tous sur leur portable car les salles sont vides !? Ok, on est dans le mois le plus bas, le chiffre d ‘affaires de l’année se fait que quelques mois…mais on fait quoi le reste de l’année ? On se tourne les pouces et on stresse de n’avoir personne…très peu pour nous !!!

Crêperie dans la région du café ?!

On décide donc de se diriger vers la région du café, autour de Pereira.

Les paysages sont magnifiques, mais les villages touristiques comme Salento ou Filandia, sont très petits…trop petits pour nous !

On a bien trouvé un petit café-bar avec une vue de folie pour un loyer ne dépassant pas les 200€. Les crêpes seraient  parfaites dans ce genre d’endroit…mais les visiteurs y viennent principalement le week-end…on fait quoi pendant la semaine ?!

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Ca commence à nous miner, car on ne trouve pas ce qu’on veut et on commence à se dire que la Colombie n’a peut-être pas la petite ville de taille moyenne qui accueille des touristes toute l’année. Ce sont soit des pueblos, soit des villes de + de 200 000 habitants !

Que fait-on ?! Il y a bien la région de Boyaca dont tout le monde nous parle mais elle se situe sur une des 3 cordillères qui traversent le pays, en altitude il fait donc froid ! Et ça c’est pas négociable !! On n’emménage pas en Colombie pour cailler !!!

Cali, capitale mondiale de la Salsa…

On va donc jusqu’au bout de notre idée, espérant un déclic et on part sur Cali, la capitale mondiale de la salsa, à la rencontre de Laurence et Sébastien, un couple franco-colombien qui ont franchit le cap comme nous il y a 4 ans. Ils ont ouvert la crêperie « Biscuit ». on sera hébergés chez Eduardo et Maria, un couple de retraités qui vivent dans une magnifique maison où coule une petite rivière et où il fait bon vivre.

On est en plein cœur du quartier « San Antonio », prisé des touristes, mais ils se font rares. La ville a mauvaise réputation puisqu’elle fait partie des villes les plus dangereuses au monde. Pourtant on s’y balade et on se sent bien. On arrive le samedi soir et malheureusement ici les restos sont fermé le dimanche et lundi…rien que ça!!!

On profitera du week-end pour aller pratiquer nos quelques pas de salsa, puis on déjeunera finalement avec Laurence et Sébastien le mardi midi. Sara, une française installée ici depuis 10 se joint à nous. On passe un super moment à écouter les histoires des uns et des autres. Surtout les anecdotes et conseils du jeune couple de crêpiers ! Car il y en a !!! Une parmi plusieurs qui nous aura fait rire : son aide en cuisine qui, au moment du service, décide de vider une bouteille de vin rouge dans la marmite du bourguignon! Elle estimait qu’il n’y avait pas assez de sauce!!!

Bref, on sent qu’il y a du vécu…et que la mayonnaise est retombée !

C’est en tant que colombien ayant vécu 10 ans en France, qu’il nous confirme : « que les colombiens ne voient que par le riz et les haricots rouges ! Qu’ils s’en fichent complètement de gouter de nouveaux trucs…qu’ils veulent juste se remplir le ventre…pour pas cher ! »

Triste réalité…qui ne fait que confirmer ce qu’on ressentait déjà depuis quelques jours. Ce ne sera pas en Colombie qu’on ouvrira la crêperie de nos rêves !! Même si ce peuple nous a bouleversé !!! Nous avons tant à apprendre d’eux… On aurait tellement voulu…

…direction le Portugal !

Après une réflexion entamée au cours de notre tour du monde, on décide de se « rabattre » sur le Portugal ! Pourquoi le Portugal ?!

  • Parce qu’il y a beaucoup de retraités européens qui y séjournent,
  • que la météo y est clémente,
  • que les conditions financières y sont plus intéressantes qu’en France,
  • qu’on se rapproche de la famille et des amis,
  • que beaucoup de portugais parlent français, connaissent la  France et peut-être même les crêpes bretonnes !
  • Qu’ils sont gourmands…
  • et que d’apprendre le portugais dans ces conditions pourrait être un tremplin pour le Brésil !?!

Bref, on veut se rendre sur place et voir si ce pays nous plait…On se retrouve donc à égalité avec Christian…on télécharge babbel sur nos portables et, à nous le portugais !!

Koh Lipe, dernière étape avant notre retour au pays…

On décide donc de terminer notre aventure par des plages paradisiaques. C’est à Langkawi en Malaisie, qu’on se rend compte que nous sommes qu’à 1h de bateau de Koh Lipe.

Une magnifique petite ile aux airs de Koh Phi-Phi, nous dit-on ! Elle est située à l’extrême sud de la Thaïlande et, bonne nouvelle, elle est réputée pour être plutôt difficile d’accès…mais ça c’était avant !!!

A peine débarqués, on doit bien évidemment faire tamponner notre passeport au poste de douanes ! Et là, grosse surprise, c’est pieds nus direct sur la plage que tout se passe ! Ils ont plutôt la belle vie ces douaniers-là !!

Pour ne pas avoir de mauvaise surprise, on était décidés à visiter les bungalows sur place…Et bien, ça nous a pris beaucoup plus de temps que prévu. Koh Lipe est une ile très chère dès qu’on veut dormir au bord de l’eau. L’ile compte 3 rues principales, qui sont finalement assez grandes et peuplées de touristes. Des clubs de plongée à gogo (on y reviendra…), des bars, des restos, des boutiques, des boutiques et encore des boutiques !!

Les thaïlandais sont à l’origine des « gitans de la mer ». Ils ont le teint plus mate que dans le reste du pays, et sont un peu moins avenants et funs …ils font le minimum syndical, mais pas plus !

Finalement on se dégotera un bungalow pas trop mal où on passera 1 semaine !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

On démarre bien la semaine en s’inscrivant à une session « Trash Hero ». Très belle initiative lancée en 2013 par 2 suisses allemands et 1 thaï. Le but est de nettoyer toutes les plages sur les iles aux alentours. Le RDV a lieu tous les lundis. Qui veut venir vient ! Pas d’inscription, il suffit de se pointer et de se retrousser les manches que l’on a pas…

Ils offrent un repas au retour et c’est un moment de partage et de sensibilisation sur les déchets qui se retrouvent, entre autres, avec les marées, sur des plages complètement désertes !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Ce concept s’est propagé en Indonésie, à Singapour et en Malaisie ! Et c’est impressionnant tout ce qu’on a ramené ! Du plastique bien évidemment, mais ce qui nous a le plus étonné ce sont les cordages de bateau emmêlés dans la mangrove et du polystyrène en veux-tu en voilà ! Tout est ensuite trié et ramené par bateau sur Koh Lipe pour être recyclés ou jetés dans de meilleures conditions !

Voici leur site web pour ceux qui voudraient plus d’infos : https://trashhero.org/

Je ne pouvais pas terminer mon tour du monde sans avoir fait un baptême de plongée ! Christian étant resté sur une très mauvaise expérience au Cap d’Agde, je le ferai seule…enfin pas complètement, puisque j’ai eu la chance de tomber sur une instructrice au top, Lili, une française installée à Koh Lipe depuis plusieurs années.

Après avoir mis en pratique les basiques de la plongée, afin de bien communiquer sous l’eau et de savoir quoi faire en cas de problème, nous voilà parties explorer les fonds des alentours de Koh Lipe ! Et c’était vraiment géniale !! On fera 2 plongées de 1h à 10 et 12m, pas mal pour une 1ère !

J’ai hâte de renouveler l’expérience…

La semaine se passera au bord de l’eau à profiter de coucher de soleil, de snorkeling, de papaya salad…bref, à se la couler douce, en ayant du mal à imaginer qu’une semaine après on serait dans le froid parisien !!! Bouhhhh…on essaie de ne pas trop y penser, pour en profiter jusqu’à la dernière seconde !!!

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

L’ile de Langkawi…

A peine débarqués sur l’ile, on se rend vite compte que l’ile est très grande…les grandes avenues, les voies rapides, nous font vite oublier qu’on est sur une ile. On prend un taxi direction le quartier de « Pantai Cenang », réputé pour être le mieux aménagé pour les touristes.

Effectivement, des hôtels, des restos des boutiques à la queueleuleu longent le bord de mer, qu’on ne voit pas de la route, car des immeubles bloquent la vue.

Donc à 1ère vue, rien de transcendant !!

Il faudra traverser les bâtiments pour découvrir une belle plage de sable blanc, bordées de palmiers et d’hôtels faits avec gout. On est séduits !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

La cerise sur le gâteau…un bar de plage envoie du bon son comme à la maison ! Y’a comme un air de vacances ici ! C’est d’ailleurs ce qu’on fera…du transat, de la playa, des cocktails sur la plage…car il n’y a pas grand chose d’autre à faire.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

On sera étonnés de voir sur une même plage des femmes en string se dorer la pilule, des femmes voilés qui s’éclatent sur des jet skis, ou à faire du parachute ascensionnel, des femmes en burka à fumer la chicha…bref, ici ça ne choque personne ! Sauf nous peut-être car on est pas habitués !!

Il faut savoir que Langkawi est une destination de vacances très prisée de l’Arabie Saoudite. Lorsqu’on commande du bacon, c’est du bacon de bœuf qu’on nous sert ! Le porc y est interdit !

Encore une fois, des drapeaux bretons flottent dans la rue principale, on découvre étonnés qu’il y a 3 crêperies (oui, oui 3 crêperies !) dans la même rue !

Après avoir bien fait le tour de notre plage, on louera 1 scooter pour explorer l’ile. Il faudra se rendre de l’autre côté, pour découvrir un petit coin de paradis : la plage de Tanjung Rhu.

Magnifique plage de sable blanc, face à des roches karstiques…malheureusement, il n’y a que des hôtels 4 étoiles proches de cette plage !

Direction La Malaisie…

Pour notre dernière destination, on décide donc d’aller découvrir la Malaisie… On atterrit à Kuala Lumpur, la capitale, surnommé par les locaux « KEL » ! Cette ville ultra moderne, ne nous a pas tellement emballée ! On est tout de suite hyper étonnée de voir autant d’indiens… On savait la Malaisie multi-culturelle, et effectivement entre le quartier chinois et le quartier indien, il n’y a qu’un pas ! On optera d’ailleurs pour un hôtel situé dans le quartier chinois. Notre but n’étant pas de rester sur KL mais bien de partir sur la presqu »ile de Penang. On décide donc de prendre un pass sur ces fameux bus à 2 étages « Hop-off, Hop-on » pour voir rapidement les sites intéressantes de la ville. Il pleut fort…on ne fera pas bcp de haltes !

On ira tout de même jeter un œil de près aux fameuses tour « Petronas », qui ont longtemps été les tours les plus hautes du monde.

Se déplacer dans cette ville est une grosse galère ! On mettra un temps fou pour rejoindre la station de bus qui nous permettra de nous rendre à Penang !

Georgetown…

La route qui nous mène à Penang ressemble beaucoup à nos autoroutes ! Les voitures sont modernes…bref, on se croirait déjà en France ! Le bus nous dépose à l’embarcadère pour prendre un Ferry direction la presqu’ile de Penang et plus particulièrement la jolie ville de « Georgetown »…

C’est sur différents blogs qu’on a pris connaissance de cet endroit qui en a surpris plus d’un !

A peine arrivés, on part à la recherche d’un hôtel…qu’on mettra près de 2h à trouver ! Soit ce sont de vrais bouibouis pas donnés ! Soit ce sont des hôtels de charme trop chers pour nous. Et oui, Georgetown était un ancien comptoir de commerce britannique….la vieille ville compte donc de nombreuses bâtisses coloniales et, bien sur les chinois, les rois du commerce s’y sont installés ! Il y a donc d’anciennes maisons chinoises plus ou moins restaurés qui donne un vrai cachet à la ville qui est d’ailleurs classé à l’Unesco !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Les chinois ne sont pas les seuls à s’être installés à Georgetown…comme souvent dans les anciennes colonies britanniques, il y a un authentique quartier indien ! C’est incroyable, comme on s’y croirait !

[one_half][/one_half][one_half_last][/one_half_last]

Les restos y sont d’ailleurs délicieux !

Street art à Georgetown…

Georgetown est aussi très moderne par la présence de street art un peu partout dans la vieille ville. Tout a démarré avec un artiste Lithuanien qui a laissé son empreinte sur 2-3 rues de la ville. La ville ayant vu que ça plaisait, ils ont décidé de raconter l’histoire de cette ville à travers le street art.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Le concept est génial. On a adoré se balader en pousse-pousse à fleurs avec notre super chauffeur qui ne manquera de nous faire faire les incontournables poses devant chaque oeuvre !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

La gastronomie à Georgetown est incroyable ! Il y a de bonnes et de belles adresses un peu partout…cette destination devient et deviendra certainement une destination chic ! Un futur « Luang Prabang « ?

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Ce qui nous a surpris aussi, c’est de pouvoir voir dans une même rue, une église, une mosquée, un temple hindu … la mixité est bien présente en Malaisie. Beaucoup plus qu’ailleurs selon nous !

On souhaite terminer ce tour du monde sur des plages, c’est donc la direction d’une ile qu’on prendra : l’ile de Langkawi ! Non loin de la Thaïlande…

De Battambang à Siem Reap…

Le réveil sonne à 6h. On prend un bateau direction Siem Reap pour 8h de traversée. C’est magnifique ! Nous croisons pleins de villages flottants avec des maisons sur pilotis, des enfants qui nous font des « hello » à notre passage, accompagnés d’adorables sourires : le Cambodge authentique ! Des gens très pauvres, mais qui gardent le sourire, une belle leçon de vie !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Chaque village flottant a son petit supermarché, sa poste, son église, son école…et même des fermes à crocodile, faisant office de « jardin » ! On ne se lasse pas d’admirer cette vie quotidienne qui défile sous nos yeux. On rentre dans l’intimité de ces personnes…certains lavent le linge, d’autres se lavent, pêchent ou cuisinent…Chacun vaque à ses occupations en souriant à notre passage !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Tout au long de notre parcours, nous débarquons et embarquons des passagers qui nous rejoignent en pirogue, parfois ce sont des moines, une maman et son bébé…

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Après 8h de bateau, nous arrivons à Siem Reap. Stéphane qui est restée sur le ponton a bien cramé !

Arrivés à Siem Reap

On décide de se faire plaisir (une fois de plus !!!) pour la dernière étape de notre parcours. On se prend donc une chambre d’hôtel hyper classe, dans un petit coin de paradis : maison coloniale entourée d’un jardin tropicale avec piscine et un personnel hyper sympa ! L’hotel étant un peu à l’écart, un tuk-tuk se tient à notre disposition en permanence pour aller en ville. Ils nous donnent même un téléphone pour les appeler quand on veut rentrer…si c’est pas du luxe ça !! Pour nous c’est carrément nouveau ! Ca nous éclate !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

La ville de Siem Reap est plutôt cool. On aime bien ses restos, ses bars, l’ambiance qui y règle…le marché local où on croise très peu de touristes !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

On se régalera de la cuisine Khmer délicieuse. Et pour la 1ère fois au Cambodge, la ville est propre ! Ca fait du bien …Le Cambodge est le pays le plus sale qu’on ait vu en Asie.

Le « hamac »

C’est sûrement l’objet le plus précieux des Cambodgiens. Il y a même certainement plus de hamacs que d’habitants au Cambodge. La sieste doit être quelque chose d’obligatoire ! Tout le monde dort, dès qu’il a 5mns à tuer : il y en a partout : en ville entre 2 poteaux, dans les arbres, dans les tuk-tuks…

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Les « merveilleux » temples d’Angkor

Siem Reap est surtout connus pour les ruines qui se trouvent non loin de la ville et qui est classé à l’Unesco depuis de nombreuses années. L’ancienne capitale de l’empire Khmer, a partiellement été détruit et la nature a largement pris le dessus…On choisit le pass 2-3 jours plutôt que celui d’une journée, et on a bien fait. La chaleur est étouffante !

Il y a plusieurs options pour visiter le site : en vélo, en mini-van, ou en Tuk-tuk ! On optera pour la balade en Tuk-tuk…

On commencera le 1er jour par Pre-rup,

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Puis par « east mebon » qui permettait, à l’époque, de retenir de grandes quantités d’eau déversée sur la cité lors de la mousson.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider
Mais c’est à « Ta Som », qu’on tombe vraiment sous le charme. En s’approchant de l’entrée du temple, on se sent carrément observés par les énormes visages qui surplombent la porte principale.
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider
Puis, on est bluffés par les racines d’un arbre qui s’est installé sur l’une des entrées du temple. 
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

C’est étonnant de constater comme les temples ont littéralement été abandonnés. certains peuvent être visités uniquement de l’extérieur car ils ont envahis de pierres écroulées de l’intérieur.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider
C’est encore plus le cas à Bayon. Magnifique temple dédié à Buddha. Les sculptures et visages présents un peu partout sur le site sont magnifiques. Elles racontent des histoires qui sont difficiles à interpréter ! 
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

 

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

La reconstruction est loin d’être généralisée à tous les bâtiments. Tous les moyens sont mis sur la reconstruction de « Angkor Wat », LA vedette du site ! On se le gardera pour le 2ème jour…