Coup de foudre à Moorea…

L’ile de Moorea fait partie des iles du vent, dans l’archipel de la Société. Elle est située à seulement 17kms à vol d’oiseau de Tahiti et compte 8 montagnes, dont la plus haute culmine à 1207m, le Mont Tohiea !

On y cultive principalement l’ananas et Moorea est la 3ème ile la plus visitée après Tahiti et Bora-Bora !

Notre arrivée sur l’ile…

A peine arrivés à l’aéroport, on récupère nos sacs qui ont déjà été débarqués sur un genre d’étagères…Ces vols inter-iles sont une manière hyper-simplifiée de voyager en avion !

  • Aucun passage de douane,
  • les vols durent entre 7 (!!!) et 20mns,
  • On se place où on veut dans l’avion,
  • On fait des escales de 10-15mns sans sortir de l’avion pour récupérer d’autres passagers,
  • On peut arriver 45mns avant le décollage !

Bref, à la Polynésienne quoi et tout ça en musique !

Par contre, il faut savoir que le poids des bagages est limité à 10kgs…quand tu voyages au long cours, c’est chaud !! il a fallut trouver des astuces…pour mettre du poids dans nos bagages-cabine. On était les seuls touristes à monter dans l’avion avec nos sacs « made in China » !!

On a finalement réussi à trouver une navette pour aller à notre camping « Chez Nelson »…et oui, c’est compliqué ici !  Il n’y a pas de bus pour inciter les touristes à prendre les taxis qui coutent les yeux de la tête…les locaux sont d’ailleurs pénalisés.

Notre chambre chez Nelson est rustique, mais propre et surtout la vue sur le lagon où se trouvent des raies et requins pointe noire est magnifique ! On y prendra des petits déj. mémorables …

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

On se jette à l’eau avec une petite appréhension. On aimerait voir des requins mais ça fait un peut peur quand même !!

L’avantage du lagon, c’est que l’eau est peu profonde, qu’il n’y a pas de vagues, car elles sont arrêtées par le récif corallien situé à environ 1km plus au large.

Il existe 3 types d’iles :

  • les iles hautes avec lagon, par ex. Moorea
  • Les iles hautes sans lagon et sans barrière de corail par ex. les iles jeunes des Marquises.
  • Les atolls, sans ile au milieu. Juste la barrière de corail qui entoure un immense lagon, au milieu du quel autrefois existait une ile. mais à force de s’affaisser elle a disparu !

Il existe également des « motus » prononcé « motou ». Ce sont des ilots, véritable petit paradis qui abrite les plus belles plages où l’eau passe du « bleu turquoise » au « vert émeraude ».

On the road again..

Ce matin, on nous livre à domicile notre scooter qu’on a loué pour 3 jours. On décide de prendre la direction de la plus belle plage « Temae ». On se régale en scooter devant ces paysages sublimes. D’un côté la plage, de l’autre, les montagnes.

Ici on ne fait pas la queue pour se garer ! Il y a très peu de voitures et très peu de monde sur les plages, malgré la haute saison !

L’eau est transparente et chaude. Quelques poissons de toutes les couleurs viennent se rajouter au décor.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Sur le chemin, on s’arrête pour acheter des ananas auprès d’une vendeuse sur le bord de la route. Car sur l’ile, il y en a beaucoup. Ils sont délicieux et pas chers. 120 Francs pacifiques soit 1€/pièce.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Moorea est une ile très montagneuse. L’intérieure est incroyable ! On décide de monter au belvédère. La route serpente au milieu des champs d’ananas (d’ailleurs on pensait que les ananas poussaient dans les arbres comme les bananes!! et bien non ça poussent a même le sol la preuve.

En rentrant au camping nos voisins français nous annoncent avoir vu le requin pointe noire qui se promenait là juste devant notre plage.

Ce requin, inoffensif pour l’homme, est un des plus nombreux sur les récifs coralliens de l’océan indien et pacifique. Il peut atteindre 1,60m, aime les eaux peu profondes. Sédentaire, il peut rester plusieurs années au même endroit.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Finalement on arrive à manger pour moins de 10 euros par personne. On ne pensait pas trouver de tels prix,  mais ici les roulottes proposent de belles assiettes copieuses et très bonnes avec du poisson du lagon (perroquet) ou du large (Thazard), et biens d’autres…

Les polynésiens se réveillent et se couchent très tôt ! Il est  donc difficile de diner après 20h, par contre tu peux faire tes courses au supermarché dés 5h30 du matin…mais pas nous !

La température extérieure est très agréable environ, 28 degrés, rarement plus. Le truc « bon à savoir » c’est que toutes les plages sont publiques. Même dans les hôtels luxueux. Alors, on en profite pour les visiter puis on squatte leurs jolies plages.

Mais l’ambiance est bien meilleure sur les vraies plages publiques où se trouvent les locaux : musique, glacière pleine d’Hinanos fraiches (bières locales), rigolades…

Certaines ont des cocotiers juste parfaits pour jouer les stars !!!

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

La gentillesse, le sourire, les « ia orana » (bonjour en polynésien), au quotidien, résonneront longtemps dans nos têtes…les « maruru » (merci) et « nana » nous manqueront….c’est une destination paradisiaque, aussi pour ses habitants !

Chez Nelson, le seul camping de l’ile, l’endroit est propice pour rencontrer des backpackers comme nous. On a fait de belles rencontres !

  • Nos voisins de palier, Nicolas, Nathalie, Pauline et Jeanne…une petite famille bordelaise sur les routes depuis 6 mois (www.tootenfamille.com)
  • Fabien et Virginie, un jeune couple de routards, partis 2 semaines avant nous et voyageant à la roots (auto-stop, volontariat…). Bref, des vrais de vrais ! (www.histoires-dailleurs.com)

L’ambiance est super, on y est bien.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

On s’entend tellement bien, qu’on s’organise une petite virée-kayak, avec la petite famille bordelaise pour visiter un spot où l’on peut nager avec les raies grises et les requins pointes noires.

La matinée restera mémorable ! Le spot est situé sur un banc de sable, à 500m de la plage. La transparence de l’eau, de couleur vert émeraude est incroyable ! Et ce qui nous rassure pas mal, c’est qu’on a pieds !

Arrivés sur le spot, Christian descend dans l’eau (à notre grande surprise) pour amarrer les 3 kayaks. Forcément, je suis super tentée de lui faire une petite blague (qu’il ferait volontiers lui-même). « Waouhhh, comme il est gros celui derrière toi ! »

Il a eu la trouille de sa vie, car il n’était pas prêt psychologiquement ! Il s’est mis en équilibre sur 2 kayaks comme il a pu…on était mort de rire ! Lui pas trop !

Après avoir récupéré de mes émotions et avoir fait rire tout le monde, on s’équipe tous de masques et tubes, direction les requins !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

J’avoue que la 1ère fois qu’on croise le regard de ce spécimen, ça fait quelque chose !

Ils sont bien une quinzaine sur ce spot, à tourner autour de nous, au ralenti. L’oeil vif et bien ouvert. On ne les perd jamais de vu On est fascinés !

On arrive à nager à quelques mètres seulement des requins. Par contre, les raies, elles, peu farouches et habituées aux hommes, s’éclatent à nous effleurer et se laissent caresser comme des chats. Le côté moins sympa de tout ça, est qu’elles sont nourries chaque jour sur ce spot. Voilà pourquoi on est sûre de les voir car elles reviennent chaque jour. On appelle ça du « feeding ». Par contre le « shark feeding » (le fait de nourrir les requins) est interdit sur Moorea.

Il faut dire qu’il y a eu quelques accidents. Le requin confond parfois la main avec le poisson. Il y a d’ailleurs quelques règles à respecter lorsque tu pêches dans le lagon. il ne faut jamais accrocher ton poisson à ta ceinture ou le tenir à la main, sinon le requin peut t’attaquer.

Après 2h d’émotion à profiter de ce spectacle. On rentre tellement excités qu’on décide d’y retourner le lendemain.

Pour notre dernière soirée, on organise une petite soirée pizza et rhum-coco chez nos voisins bordelais, qui sont les plus VIP de la bande. Et oui, ils ont un frigo et une terrasse privée, ça change tout !

On a bien accrochés avec ces deux couples de voyageurs. Il y a avait de bonnes ondes. Les bordelais continueront leur séjour sur Moorea avant de partir sur San Fransisco, New York, Londres…quand à Fabien et Virginie, ils embarqueront sur un voilier, après avoir répondu à une annonce, pour aider un couple de bretons qui cherchait des équipier pour un trajet qui laisse rêveur, Polynésie, Fidji, Indonésie…soir 2 à 3 mois d’aventure !

Pour retourner voir les requins, on louera un bateau sans permis, car il n’y a plus de kayaks…

On se régalera davantage, car on a moins d’appréhension que la veille. La fin de matinée fut un peu épique, car après plus d’une heure passée dans le lagon, Sandrine, restée seul dans l’eau, s’aperçoit qu’il y a environ une douzaine de requins à tourner autour d’elle. Petite crise de panique, pour remonter rapidos sur le bateau. Mais encore une fois, on s’est fait plaisir à nager au milieu de ces poissons si fascinants !

L’ile de Moorea aura été un gros coup de cœur pour nous. On fera une chouette rando sur le sentier des ancêtres au milieu des champs d’ananas, pour finalement contempler la vue du belvédère sur les deux baies de l’ile.

DCIM100GOPROGOPR5209.

On est vraiment étonnés de ne pas en entendre parler plus souvent. C’est une ile qui a beaucoup plus de charme que sa voisine Tahiti. Beaucoup plus sauvage avec de belles plages, peu de monde, et surtout de belles montagnes volcaniques, à la végétation tropicale. Avec ses cocotiers et ses champs d’ananas, l’intérieur de l’ile est aussi beau que la côte. C’est peu dire !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

 Moorea nous aura offert de magnifiques coucher de soleil. On aura en plus la chance de l’avoir en face de notre camping !!
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

On dit au revoir à nos amis en espérant se re-croiser peut-être un jour…qui sait ?!

« Just the two of us » à Moorea …

2 réponses à “Coup de foudre à Moorea…”

  1. Christian dit :

    Excellente blague bien connue des polynesiens d’ailleurs nous avons eu le droit à un festival de raies car après la raie grise la raie manta on a terminé par une polynesienne en string

  2. Did dit :

    Caresser la raie fait pousser le cocotier, c’est bien connu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *